Question:
Dans quelle mesure le réchauffement climatique actuel est-il dû à l'influence humaine?
naught101
2014-04-16 06:11:57 UTC
view on stackexchange narkive permalink

Quelle proportion approximative du réchauffement climatique observé au cours du siècle dernier est attribuée à des sources anthropiques?

C'est un sujet très discutable - des recherches ont été effectuées et de nombreuses réponses différentes ont été conclues. Lorsque vous répondez, veuillez sauvegarder vos informations!
Absolument - des citations fiables sont indispensables avant que j'envisage d'accepter une réponse :) De toute évidence, il existe une incertitude importante dans une telle attribution, il serait donc bon de traiter cela également dans la réponse.
Sûr de dire qu'il est supérieur à zéro pour cent. Je ne sais pas si nous avons une réponse concrète au-delà de cela. "Quatre-vingt-dix-sept pour cent des climatologues conviennent que les tendances du réchauffement climatique au cours du siècle dernier sont très probablement dues aux activités humaines" http://climate.nasa.gov/scientific-consensus
Des études de détection et d'attribution ont déjà été menées (et je crois qu'elles sont discutées dans les rapports du GIEC). Je pense qu'il serait préférable de s'appuyer sur ces derniers plutôt que sur des sondages d'opinion (sans dire que ces sondages ne sont pas valides).
Grande question! J'ai l'impression que je résumerais simplement le chapitre 10 de [IPCC AR5 WGI] (http://ipcc.ch/report/ar5/wg1/) sur l'attribution si j'essayais, car je ne suis pas un expert en attribution.
@rensa Considérant que cela résume l'état des connaissances, ce serait une réponse aussi bonne que possible.
J'ai restreint la question pour qu'elle se concentre sur le "consensus scientifique" et j'ai voté pour la rouvrir dans sa forme actuelle.
Désolé @TomAu, mais je n'aime vraiment pas cette modification - cela change la question de manière significative, en quelque chose que je n'avais pas l'intention.
Il n'y a qu'une seule réponse à cette question, quoique probabiliste. La liste des «autres sources» incluses sera très petite, en supposant que seules les sources importantes sont mentionnées. Je ne vois pas en quoi cette question est trop large - quelqu'un peut-il expliquer?
Dépend de vous. J'ai posé la question sous une forme "standard" pour d'autres sites SE (j'ai plus de 2K rep sur plusieurs). Le «consensus scientifique» était une sorte de code pour les «sources importantes». Peut-être pourriez-vous reformuler votre question avec «sources importantes» ou «sources scientifiques importantes». Mais vous devez préciser que vous demandez une opinion "experte", pas la nôtre, sauf dans la mesure où nous citons des experts.
Hrm ... c'est un site scientifique. Je pense qu'il serait évident que je cherche des réponses qui reposent sur des sources scientifiques à jour, évaluées par des pairs et largement acceptées. Cependant, votre commentaire me fait penser que la partie «autres sources» de la question rend peut-être la question trop large (et peut même être redondante), je vais donc supprimer cela.
Les modifications que vous avez apportées étaient "suffisamment bonnes" pour que je n'ai pas besoin de retirer mon vote de "réouverture".
Deux réponses:
#1
+26
Kenshin
2014-04-16 12:42:08 UTC
view on stackexchange narkive permalink

Premièrement, il convient de démontrer que 97% des climatologues conviennent que les tendances du réchauffement climatique au cours du siècle dernier sont très probablement dues aux activités humaines.

W. R. L. Anderegg, «Expert Credibility in Climate Change», Actes de la National Academy of Sciences Vol. 107 n ° 27, 12107-12109 (21 juin 2010); DOI: 10.1073 / pnas.1003187107.

P. T. Doran & M. K. Zimmerman, «Examen du consensus scientifique sur le changement climatique», Eos Transactions American Geophysical Union Vol. 90 Numéro 3 (2009), 22; DOI: 10.1029 / 2009EO030002.

N. Oreskes, «Au-delà de la tour d'ivoire: le consensus scientifique sur le changement climatique», Science Vol. 306 no. 5702, p. 1686e (3 décembre 2004); DOI: 10.1126 / science.1103618.

Mais quel pourcentage de l'augmentation est attribué aux humains? Probablement presque tout.

Cette question a été posée au scientifique Gavin Schmidt de la NASA sur realclimate.org

Sa réponse était la suivante:

Au cours des 40 dernières années, des facteurs naturels auraient provoqué un refroidissement, et donc le réchauffement qu'il y a eu (et en partie) est causé par une combinaison de facteurs humains et un certain degré de variabilité interne. Je jugerais l'amplitude maximale de la variabilité interne à environ 0,1 ° C au cours de cette période, et donc étant donné le réchauffement de ~ 0,5 ° C, je dirais quelque part entre 80 et 120% du réchauffement. Gamme légèrement plus grande si vous voulez une large gamme pour les trucs internes. [italiques ajoutés]

L'augmentation rapide de la composante humaine du forçage éclipse de plus en plus les petits forçages naturels lents, les rendant de moins en moins pertinents. / p>

enter image description here

Vous vous demandez peut-être comment les humains peuvent être responsables de plus de 100% des réchauffements. J'imagine que Gavin fait référence au fait qu'en l'absence de tendance naturelle au refroidissement, l'augmentation de la température due aux humains serait encore plus importante.
Je pense que le 120% est mieux expliqué comme * tout * le réchauffement, plus la négation du refroidissement qui se serait autrement produit. (Autrement dit, refroidissement négatif = réchauffement).
Je pense qu'il serait logique de coller au moins un clin d'œil au GIEC dans cette réponse, fwiw, au lieu de le laisser languir dans les commentaires sur la question initiale.
Des sondages d'opinion scientifique de bonne qualité s'accordent à dire qu'il existe un consensus sur le réchauffement mais qu'il est plus proche de 80% et non de 97%. Et la vérité scientifique n'est pas décidée par consensus. Cela dit, la science fondamentale suggère que le CO2 est un gaz à effet de serre. Ce qui est plus difficile à calculer, c'est dans quelle mesure les autres composants atmosphériques exagèrent l'effet de base. La contribution des cycles atmosphériques normaux est également incertaine, car les enregistrements de température fiables sont courts. Il y a donc encore * une * incertitude dans la contribution humaine.
Je pense que la plupart des gens intelligents conviendraient que le changement climatique est un processus naturel. Cela changera certainement lorsque le soleil clignotera. Dans cet esprit, nous ne pouvons jamais savoir dans quelle mesure notre changement climatique actuel est naturel, mais n'oublions pas la loi fondamentale de la nature: il n'y a pas de déjeuner gratuit, si une population toujours croissante continue de pomper des quantités toujours plus importantes de polluants dans le l'atmosphère, il doit y avoir une sorte d'impact, et nous pouvons supposer que l'impact augmente.
J'ai aussi beaucoup confiance en un véritable consensus scientifique (à ne pas confondre avec le faux "consensus scientifique" qui prétend que les aliments génétiquement modifiés sont OK). Littéralement, des milliers de scientifiques ont étudié le réchauffement climatique sous de nombreux angles différents sur une période de temps significative. Je leur fais beaucoup plus confiance qu'au gouvernement ou aux médias.
#2
+7
elliot svensson
2019-02-18 22:56:59 UTC
view on stackexchange narkive permalink

D'après le Cinquième rapport d'évaluation du GIEC (2014 / actuel):

Il est extrêmement probable que les activités humaines aient causé plus de la moitié de l'augmentation observée de la moyenne mondiale température de surface de 1951 à 2010. Cette évaluation est étayée par des preuves solides provenant de multiples études utilisant différentes méthodes. En particulier, la tendance de la température attribuable à tous les forçages anthropiques combinés peut être plus étroitement limitée dans les analyses de détection et d'attribution multi-signaux. Les incertitudes concernant les forçages et les réponses des modèles climatiques à ces forçages, ainsi que la difficulté à distinguer les modèles de réponse de température dus aux WMGHG et autres forçages anthropiques, empêchent une quantification aussi précise des changements de température attribuables individuellement aux WMGHG et autres forçages anthropiques. Conformément au RA4, on estime que plus de la moitié de l'augmentation observée de la température de surface moyenne mondiale de 1951 à 2010 est très probablement due à l'augmentation anthropique observée des concentrations de WMGHG. Les WMGHG ont contribué à un réchauffement de surface moyen global susceptible d'être compris entre 0,5 ° C et 1,3 ° C sur la période comprise entre 1951 et 2010, les contributions d'autres forçages anthropiques étant probablement comprises entre –0,6 ° C et 0,1 ° C et celles des forçages naturels probables entre –0,1 ° C et 0,1 ° C. Ensemble, ces contributions fixées correspondent au réchauffement observé d'environ 0,6 ° C au cours de cette période (figure TS.10). {10.3}

"Likely" ranges and midpoints for warming trends 1951-2010

Observé: mesures de température

WMGHG ou GES: serre bien mélangée gaz comme le CO2

ANT: Somme des GES et OA

OA: Autres forçages anthropiques sur la température comme les aérosols et le noir de carbone

NAT: Variabilité naturelle telle que le changement dans le rayonnement solaire Variabilité interne: manque estimé de connaissances dans les modèles terrestres actuels

Belle réponse simple parfaitement sur point à la question posée d'une source plutôt centrale! Heureux que vous ayez pris le temps d'ajouter la réponse!


Ce Q&R a été automatiquement traduit de la langue anglaise.Le contenu original est disponible sur stackexchange, que nous remercions pour la licence cc by-sa 3.0 sous laquelle il est distribué.
Loading...